Tournesols

Tournesols

samedi 18 octobre 2008

Témoin que rien

L’histoire de Marc Machin me semble exemplaire pour expliquer la différence entre une preuve et un témoignage.
Quand je dis que l’homéopathie n’est pas plus efficace qu’un placebo, on m’oppose toujours des "preuves" d’efficacité du genre : « Mon fils avait de l’asthme et depuis qu’il prend de l’homéo, il en a plus ! » ou « Il y a des milliers de gens soulagés par l’homéopathie. » Ce n’est pas une preuve, ce ne sont que des témoignages et comme démonstration scientifique, ça ne vaut rien.

La condamnation de Marc Machin montre bien qu’un témoignage peut toujours être biaisé. Parfois de façon totalement inexplicable. Comment comprendre qu’un innocent puisse accepter de s’accuser d’un meurtre qu’il n’a pas commis ? Pourquoi les histoires médicales que racontent certains patients sont si différentes de la réalité vécue ?

Une preuve, c’est autre chose. C’est quelque chose qui peut-être reproduit à l’identique. Un test ADN est une preuve. Vous pouvez le refaire dix fois, vous aurez dix fois le même résultat. Vous pouvez le faire refaire par d’autres et vous aurez encore le même résultat.

Une étude scientifique peut être une preuve, si elle est bien construite. Si vous étudiez l’action du paracétamol contre la douleur avec une belle étude, vous obtiendrez toujours une action du paracétamol supérieure à celle du placebo. Par contre, si vous demandez à des gens leur vécu du paracétamol, vous aurez ceux qui vous diront que "rien d’autre ne les calme" et ceux qui vous diront que "ça ne me fait rien".

Dire que l’homéopathie n’a pas fait la preuve de son efficacité n’est pas une insulte contre les adeptes des petits granules, mais un fait. Tous les témoignages n’y changeront rien.

9 commentaires:

Tom Rakewell a dit…

En l'occurrence c'est quoi l'efficacité du placebo ?

Sinon, bien d'accord avec vous. J'ai fait des études d'histoire ancienne dans le temps. Quand je discutais de mon sujet de recherche avec mon entourage, il m'était très difficile d'expliquer pourquoi parfois il ne faut pas croire l'auteur ancien qui nous raconte que bla bla. Même quand il dit l'avoir vu de ses yeux.

docteur V. a dit…

L'efficacité du placebo : vaste domaine de recherche. Je ne cesse, malgré les années d'être émerveillé par ce merveilleux médicament. ;-)

Anonyme a dit…

l'efficacité du placebo nous rappelle simplement l'unité de l'être humain: tête et corps et que les 2 ne sont pas dissociables. C'est bizarre comme en ce moment, on a l'impression de redécouvrir ces notions en médecine comme on redécouvre l'importance de la nutrition.

Anonyme a dit…

Oh! Toi tu ne vas pas te faire que des amis...
bon courage :-)

docteur mailler

http://docteurmaillerjoachim.over-blog.com/

Lou a dit…

Difficile, en tant que patient(e), de démêler le vrai du faux dans tout ça...
Pour l'un de mes problèmes, j'ai commencé par la médecine dite traditionnelle : ça n'a rien donné. Je me suis tournée vers l'homéopathie. ça n'a rien donné non plus. Du coup, je n'ai toujours pas d'avis réel... J'attends les faits. Qui ne viennent pas toujours.

la pomponne a dit…

C'est oublier que notrecorps n'est pas unemachine.Il serait si simple d'avoir unerecette outefaire: prends ci tu obtiendrascela! Bé non! Etude scientifique ou non...nousne sommesrésolument pas des machines (sinon ..leschimio seraient standardisees or force estdeconstater que c'est parfaitement impossible) pas de "oui mais"...homeo, accupuncture, alopathie..peu importe la méthode tant qu'elle soulage etaide ,non? A moins que ceci justement constitue le talon d'achile de nos cher "toubibs", les mettent face à leur incapacité à soigner à tout prix?
;-)
Qu'en pensez vous doc?

mdt a dit…

bien sur que nous les médecins, nous avons été formés pour avoir toujours une réponse à un problème et que lorsqu'on ne trouve pas on a le genre de réponse: c'est viral ou c'est le stress.On a effectivement du mal à admettre qu'on ne sait pas tout même si on connait une grande partie du fonctionnement humain, on découvre tous les jours en médecine. Mais de plus en plus de médecins se remettent en question et font appel à d'autres soignants; c'est la pluridisciplinarité et cela permet une meilleure prise en charge des patients. Les patients nous obligent quand même à une certaine humilité et c'est tant mieux car c'est ainsi qu'on avance.

TITI a dit…

Vive l'homéopathie et les médecins et malades qui y croient! C'est leur chance, et c'est pour ça qu'ils peuvent dire que ça marche...
J'aurais revé n'avoir pas trop reçu de formation scientifique et critique, car je pense qu on peut etre un tres bon docteur si on est un homeopathe qui a la foi et qui la transmet: un placebo n'est il pas le meilleur lorsqu'il est un humain ?
Bien sur avec toutes les limites qu on connait....
Alors voilà, moi je suis tres triste, je sais que ça ne marchera jamais pour moi: ni professionnellement, ni personnellement parceque je n'ai pas accès à ce pouvoir magique...

mdt a dit…

Je crois que le rôle du soignant n'est pas de croire en telle ou telle pratique mais de tout faire pour prendre soin correctement de l'être humain dont il a la responsabilité en tenant compte bien sur de ce qui est validé mais aussi des autres choses, du moment qu'elles ne sont pas nocives.
Il faut se rappeler que le soignant est le premier traitement du patient mais il ne sait ni à quelle dose il doit se prescrire ni quels sont ses effets secondaires! (référence: M.BALINT)